La cave du Dr Orlof

Notes en vrac

mercredi, avril 04, 2018

Lectures 2018


Dans la mesure où j’ai déjà parlé de tous les livres que j’ai lus ces derniers temps, je me suis abstenu de notes récapitulatives. Après trois mois passés, faisons néanmoins un petit point :

***
1-    Cinéma russe contemporain, (r)évolutions (2017) (sous la direction Eugénie Zvonkine) (Septentrion, 2017).

Il a été question de cet essai ici
 ***
2-   Sexe et déviances (2017) (sous la direction de Christophe Triollet) (Lettmotif, 2017)

Toujours le même site pour avoir des informations sur ce recueil passionnant

 ***
3-    Osez… La photographie érotique (2017) de Jean-Louis Del Valle (La Musardine, 2017)

J’ai parlé de ce petit guide pratique ici
***
4-     L’Animal de compagnie (2018) de Léo Barthe (La Musardine, 2018)

Un étonnant roman cru et sulfureux dont j’ai parlé ici

***
5-     Le Retour des damnés (2017) de Mario Pinzauti (Sin’Art, 2017)

***
6-      Brune platine (2017) de Séverine Danflous (Marest éditions, 2017)

Un très beau roman cinéphile et fétichiste que j’ai évoqué sur mon autre blog
***
7-     Le Baiser à la veuve (1953) d’André Héléna (Champs-de-Mars, Le Moulin noir, 1961)

  
Je réserve mon texte sur ce beau roman noir pour une publication prochaine.

 ***
8-    Satan a besoin des femmes (ou : La Croix des vaches) (1958) d’Ange Bastiani (Eurédif, 1968) 




Idem 
***
9-      Montgomery Clift : l’enfer du décor (2017) de Sébastien Monod (Lettmotif, 2017)

Retour sur Culturopoing pour avoir mon avis sur ce copieux ouvrage consacré à l’acteur 
***
10-  Siné comme chez Lui (1963-1989) de Siné (Fluide Glacial, 2017) 



Si l’on connaît bien les chats de Siné, ses papes et autres dessins anticléricaux, la rage anarchiste de ses dessins politiques qui lui valut de nombreuses interdictions (notamment de son fameux Siné Massacre), on connaît moins ses dessins « coquins ». Or entre 1963 et 1989, grâce à son ami Daniel Filipacchi qui vient de lancer le journal, il participe régulièrement à la rédaction de Lui. Siné peut donc laisser libre cours à son imagination d’obsédé sexuel. On retrouve toute la férocité et la drôlerie de ses dessins plus « classiques » dans ce recueil léger : goût pour l’absurde et l’humour très noir, jeux avec les mots et les images, fétichisme assumé (l’érotisme selon Siné reste ancré dans une tradition très française : dessous chics, voyeurisme de potaches rigolards à l’instar de ce cancre qui envoie son chien sous les jupes d’une dame pour que celui-ci lui confie des secrets qu’on imagine salés, gaudriole vaudevillesque…). La force du trait du dessinateur est intacte et l’on pourra constater que son goût pour les choses de l’amour se conjugue à merveille avec le dégoût que lui inspire légitimement tous les éléments institutionnels : l’Etat, la religion, la police, l’armée… A ce titre, il faut lire sa lettre ouverte au président (a priori, Mitterrand mais c’est la seule chose que l’on peut regretter dans cet ouvrage : la non datation des dessins)  pour comprendre qu’il n’a jamais abandonné ses idéaux libertaires.
Entre carnets de voyages (qui pourront hérisser le poil de certains), parodies très réussies (des détournements égrillards et savoureux d’affiches de cinéma) et vignettes percutantes, ce recueil nous rappelle la grandeur du talent de Siné et à quel point il nous manque… 

***
11-  Christopher Nolan : la possibilité d’un monde (2018) de Timothée Gérardin (PlayList Society, 2018)

Direction mon blog principal pour lire un éloge de cet essai particulièrement réussi
***
12-  Woody Allen : film par film (2015) de Jason Salomons (Gallimard, 2015) 



Pour les inconditionnels de Woody Allen (dont je suis bien évidemment), le livre de Jason Salomons n’apprendra pas grand-chose. Après un court essai introductif, l’auteur nous invite à une balade à travers la filmographie du cinéaste. Si le lecteur ne trouvera rien de particulièrement original ou stimulant dans l’analyse et la critique des œuvres, il ne fera jamais la fine bouche puisque Salomons fait un beau travail de synthèse et nous régale des aphorismes de Woody d’une part ; de l’autre, parce que l’ouvrage est superbement illustré et que c’est un régal pour les yeux. L’un des grands mérites du livre, c’est de donner une folle envie de se replonger dans toute l’œuvre du cinéaste, ne serait-ce que pour confronter nos jugements à ceux de Salomons. En effet, celui-ci réhabilite à juste titre des œuvres mal-aimées de Woody Allen (Intérieurs, Stardust Memories ou encore Radio Days) et se montre curieusement sévère pour d’autres (Anything Else que je tiens pourtant pour une très belle réussite). Les écarts se mesurent également lorsqu’on aborde l’œuvre récente du réalisateur. Si Match Point est loué à juste titre, Salomons se montre enthousiaste pour des œuvres que je trouve très mineures (Mélinda et Mélinda, Minuit à Paris) tandis qu’il critique durement des films que je considère comme charmants (Hollywood Ending, Le Sortilège du scorpion de Jade ou encore Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu). On peut vraiment y voir une appréciation d’ordre « culturelle » puisque ce qui paraît un peu « carte postale touristique » pour un français (Minuit à Paris ou To Rome with love) lui semble plus intéressant que des films britanniques qui me paraissent autrement plus réussis (Scoop en premier lieu). Malgré ces (petites) divergences, le livre reste un bel hommage porté par une passion indéfectible pour l’œuvre d’un des plus grands cinéastes américains encore vivants. 
***  
13-   Le Sang dans la tête (1980) de Gérard Guégan (La Table ronde, La Petite Vermillon, 2018)

De ce beau roman noir, il a été question ici
***
14-   Ciné Bazar, les entretiens : 50 réalisateurs interviewés. Tome 1 A/J (2018) sous la direction de Thomas Revay (Lettmotif, 2018)


Nous parlerons de ce recueil d’entretiens lorsque j’aurai fini le deuxième volume.

Libellés : , , ,