La cave du Dr Orlof

Notes en vrac

mardi, mai 01, 2007

S comme Spark

L’ingénieur culturel (1960) de Muriel Spark (Privat/ Le Rocher. 2007)


J’avoue que je ne connaissais Muriel Spark ni d’Eve, ni d’Adam mais puisqu’on m’a offert ce roman, j’ai lu cet Ingénieur culturel. Au départ, je m’attendais à ce que se réalise à nouveau le miracle de Notre agent à la Havane de Graham Greene puisque il s’agissait également d’un livre offert qui ne me tentait aucunement mais qui se révéla, à la lecture, une petite merveille d’humour flegmatique.

La couverture annonçant une « outrageously funny novel », tous les espoirs étaient permis ! Las, le résultat ne fut pas à la hauteur !

Dougal Douglas est engagé comme « ingénieur culturel » dans une firme de fabrication de textiles. Son rôle consiste à observer la vie des ouvriers de l’entreprise et, par l’imagination, de les motiver pour améliorer leur rendement. Bien entendu, le bonhomme se révèle totalement excentrique et n’obtient comme résultats qu’une augmentation de l’absentéisme et une exacerbation de certains conflits chez les habitants de Peckham Rye.

On aurait aimé un personnage don quichottesque (à l’instar d’Ignatius, l’anti-héros de la conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole), révélateur des absurdités du monde de l’entreprise. Malheureusement, la satire tourne court et Muriel Spark se contente de suivre les pas d’un type peu sympathique dans son excentricité.

Quant aux portraits des individus qui gravitent autour de lui, c’est un catalogue de bassesses, de petites mesquineries et de médiocrités qui finissent par rendre le livre un peu pénible, très rarement drôle et finalement assez peu intéressant.

Inutile d’épiloguer plus longtemps !

Libellés : ,