La cave du Dr Orlof

Notes en vrac

mardi, août 26, 2008

Bibliothèque idéale n°39 : la guerre

Campagne de 1814 (1816-1818) de Carl von Clausewitz (Champ Libre/ Ivrea. 1993)



Carl von Clausewitz fut un officier prussien qui participa notamment à la campagne de Waterloo contre Napoléon. Mais s’il est resté dans l’histoire, c’est davantage pour ses écrits qui firent de lui LA référence majeure en matière de théorie et stratégie militaire. De la guerre est sans doute son traité majeur mais il est l’auteur de nombreux essais sur diverses campagnes que les excellentes éditions Champ Libre eurent la bonne idée de rééditer au début des années 70.

Campagne de 1814 est celui qui a été sélectionné pour figurer dans la « bibliothèque idéale ».

A la fin de 1813, Napoléon Bonaparte est battu à Leipzig et doit se replier en France. Les puissances coalisées (Prusse, Autriche, Royaume-Uni, Russie) en profitent pour lancer la « Campagne de France » qui s’achèvera par la bataille de Paris le 31 mars 1814 et qui verra Napoléon capituler et l’Empire s’écrouler.

Clausewitz décrit dans un premier temps par le menu les différentes étapes de cette campagne qui dura trois mois. Il présente les forces en présence sur le théâtre des opérations, les avancées et reculs successifs des deux camps, les différentes batailles (notamment les étonnantes victoires de Napoléon sur la Marne, à Champaubert et à Montmirail), les premiers revers de l’empereur (à Laon et Craonne) et la marche sur Paris des coalisés (Clausewitz arrête sa description juste avant la bataille décisive).

Au-delà des considérations politiques, historiques ou sociologiques que pourraient susciter ces événements, Clausewitz décide de n’en tirer qu’un enseignement purement stratégique.

Il offre alors un commentaire critique, du point de vue de la stratégie guerrière, de cette Campagne de 1814.

Il revient sur les forces en présence (l’écrasante supériorité numérique des coalisés contre les français) et détaille chaque mouvement en précisant les moyens d’action dont disposaient et l’attaque, et la défense. Il en tire également des conclusions plus générales sur les motifs qui commandent l’offensive pour une armée (avec notamment cette précieuse notion de « point limite de la victoire ») et ceux qui justifient la défensive.

Il dresse le plan qui lui semble le plus logique pour les deux camps en raison des circonstances précises et de leurs effectifs puis cherche à comparer ce plan « idéal » avec ce qui s’est réellement passé, pointant ça et là les erreurs commises et par Schwarzenberg et Blücher, et par Napoléon.

La froide rigueur qui commande cet essai a quelque chose de fascinant. Clausewitz parvient à faire de la guerre un véritable jeu d’échec où il élide presque totalement la dimension humaine.

Chaque mouvement des armées peut être vu comme une avancée de pièces sur un échiquier. Et toute la stratégie guerrière consiste à placer ses « pions » en fonction de ceux de l’adversaire pour le piéger et l’acculer à la faute.

Tout cela est à la fois fort intéressant mais, au bout du compte, un peu rébarbatif tant l’auteur se perd dans les détails et les considérations purement techniques. Pour ceux qui, comme moi, ne possède pas le goût de l’ « art » militaire, il est fort probable que ce livre ne suscitera qu’un intérêt poli (mais réel) plutôt qu’un enthousiasme délirant…

NB : Dans la catégorie « guerre », vous avez le droit aussi bien aux livres « historiques » qu’aux témoignages romancés (Nord de Céline) ou au roman (À l’Ouest, rien de nouveau de Remarque). Alors : quels livres choisiriez-vous pour cette catégorie de notre « bibliothèque idéale » ?

Libellés : , , , , , ,

6 Comments:

Anonymous Rafaël said...

Le Duel de Joseph Conrad, Casse-Pipe et Féérie pour une autre fois de Louis-Ferdinand Céline.

4:38 PM  
Anonymous Anonyme said...

Bien sûr Céline, je ne voudrais pas être lourd (prononcer comme Céline) mais "le Coup de grâce" de la grande Marguerite est un beau livre sec sur un conflit oublié, les baltes contre l'armée rouge au début des années 20 mais il y a aussi un livre que j'aime beaucoup c'est "Mer cruelle" de Nicola Montserat (je ne suis pas sûr de l'orthographe de son nom) qui raconte les péril des convois entre l'Amérique et l'Angleterre durant la dernière guerre. Ce gros livre est paru jadis au livre de poche...

Bernard Alapetite

9:00 AM  
Anonymous Vincent said...

"C'était le guerre des tranchées " de Tardi et "Hommage à la Catalogne" D'Orwell. Et puis "Red badge of courage" (la conquête du courage) de Stephen Crane.

3:57 PM  
Blogger lovepotage said...

Dans ce genre je citerais "johny s'en va en guerre" de Trumblo, mais aussi "Putain de mort" de Michael Herr, tous deux plutôt une vision de la guerre via l'œil du soldat...noir, pessimiste, révolutionnaire.
J'ai également beaucoup aimé "les sept piliers de la sagesse" de T.E Lawrence.

10:01 PM  
Blogger Rosiana Monbon said...

C'est avec plaisir que je regarde votre site ; il est formidable. Vraiment très agréable à lire vos jolis partages .Continuez ainsi et encore merci.

voyance gratuite en ligne ; voyance par mail

5:00 PM  
Anonymous voyance gratuite said...

Je viens de découvrir votre blog aujourd’hui et je pense que je vais passer plusieurs jours dessus

5:05 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home