La cave du Dr Orlof

Notes en vrac

vendredi, mai 30, 2008

Bibliothèque idéale n°20 : le roman policier

La reine des pommes (1958) de Chester Himes (Gallimard. Folio, 1991)


Après le fantastique, abordons un autre genre qui me tient à cœur : le polar. Deux courants me plaisent énormément dans cette catégorie.

Primo : la nouvelle vague du polar à la française qui déferla à partir du début des années 70 et dont des gens comme Manchette, Fajardie (qui vient malheureusement juste de nous quitter), Quadruppani ou la doublette du colonel Durutti (alias Yves Frémion et Emmanuel Jouanne qui composèrent les espatrouillants Tuez un salaud et Berlin l’enchanteur : je n’ai malheureusement jamais réussi à dégotter les deux autres) furent les plus mémorables représentants.

Deusio : le polar à l’américaine que je découvre en ce moment avec des auteurs comme Hammett, Irish ou, plus proche de nous, Ellroy. Chester Himes fait partie de la catégorie et de ces auteurs que je tenais à découvrir. Bien m’en a pris tant l’intrigue rocambolesque de La reine des pommes offre un grand plaisir de lecture.

Jackson est un brave croque-morts de Harlem qui se laisse entraîner par sa fiancée (une de ces garces fatales qu’affectionne le genre) dans une sombre histoire de faux billets de banque qui tourne mal. Après s’être fait dépouiller de tout son argent, Jackson est emporté dans une spirale infernale où il attire son frère (un drogué qui vit en faisant l’aumône, déguisé en sœur de charité !) avec la police et les truands aux fesses…

La reine des pommes séduit d’abord pour des motifs purement ludiques et enfantins : l’intrigue est rondement menée et le rythme ne faiblit pas d’un poil. Nous sommes embarqués dans une aventure sans temps mort, aux côtés d’un brave type qui n’a pourtant pas inventé le marteau à bomber les verres de lunettes (comme le disait joliment Emile Pouget !) mais qui reste toujours sympathique à nos yeux.

Nous naviguons de rebondissements en rebondissements et Himes pimente son intrigue d’un humour piquant et délicieux (humour noir, devrais-je dire en jouant sur les deux sens du terme, puisque tous les personnages sont des noirs américains de Harlem !).

Face à Jackson et aux truands apparaissent les deux personnages de flics les plus célèbres de l’œuvre de Himes : Ed Cercueil et Fossoyeur. Deux brutes épaisses chargées de faire respecter la loi dans un des quartiers les plus « chauds » de New York.

C’est d’ailleurs ce contexte « social » ce décor de Harlem qui fait de la reine des pommes un polar dont l’intérêt ne tient pas qu’à un récit haletant. Ancien prisonnier pour vol à main armée, Chester Himes décrit avec ironie mais pas sans empathie un univers où règnent à la fois la violence et la pauvreté, la crasse et l’exploitation (voir l’employeur de Jackson) et une galerie de personnages haut en couleurs (travestis, ivrognes, prostituées…).

Et c’est dans cet univers que se meut le héros benêt de cette histoire, éternel dupé qui persiste à croire en la Providence et en la fidélité des femmes…

Naïf enfant !

NB : Eh bien les amis : le fantastique semble vous avoir plutôt inspiré alors je propose de me conseiller maintenant les romans policiers vous paraissant les plus indispensables pour notre bibliothèque idéale…

Libellés : , , , ,

8 Comments:

Anonymous Rafaël said...

J'ai passé mon enfance à dévorer Agatha Christie.

9:40 AM  
Anonymous Beux said...

Je t'ai filé Fred Vargas, l'oublierais-tu???

8:14 PM  
Anonymous Dr Orlof said...

Rafaël : tu n'es pas le seul! Quels titres nous conseillerais-tu? Dans la "bibliothèque idéale", le livre choisi est "le meurtre de Roger Ackroyd" : es-tu d'accord avec ce choix?

Beux : Hum : j'ai bien aimé ton Vargas mais je ne le placerais cependant pas dans une "bibliothèque idéale"...

11:38 AM  
Anonymous Rafaël said...

Meurtre en mésopotamie m'a marqué plus que de raison, pour des raisons trop intimes pour être ici divulguées. 10 petits nègres bien sûr, ainsi que le Crime de l'Orient -Express. Mais je crois que le roman policier m'ayant le plus profondément traumatisé demeure Le mystère de la chambre jaune (Leroux). La scène du couloir, les amis, la scène du couloir !

5:56 PM  
Anonymous Vincent said...

Mon rayon polars est assez fourni aussi. Je dois avoir une cinquantaine de Série Noire. Nombre de titres cités par le site sont excellents, les classiques américains comme Hammett (la moisson rouge !!), Chandler, Goodis, Burnett, McBain (toutes les chroniques du 87e, quel régal). Et puis Sherlock Holmes, et en France Leroux, Manchette, Daeninckx, Malet, et puis Simenon aussi qu'i faudrait que je lise plus...
S'il en faut un, une plutôt, je vous propose "Pas blanc" de Mary "Marty" Holland, une série noire de 1957 qui m'avait fait grosse impression. Elle a travaillé avec Preminger et Siodmark. on trouve le livre assez facilement, ce n'est pas de l'excellente littérature mais quelle belle histoire.

9:07 PM  
Anonymous Rafaël said...

Serge Brussolo se débrouille également assez bien dans le domaine du polar (Le chien de minuit par exemple), même si je le préfère dans le fantastique. Son cycle des ouragans était particulièrement beau.

10:00 PM  
Blogger Dr Orlof said...

Brussolo, j'en ai lu un qui était à mi chemin entre le fantastique et le polar : pas mal mais sans plus!

Vincent : merci pour le conseil. Si je m'avise de refaire un "tour" de "bibliothèque idéale", je choisirais en priorité les livres conseillés par les commentateurs, même s'ils ne sont pas classés par les auteurs qui ont élaboré ladite bibliothèque...

8:31 PM  
Blogger lovepotage said...

Et bien entre policier et roman noir dur de trancher donc je mettrais en avant James Ellroy avec ça trilogie Los Angeles (comprenant "le dahlia noire" un petit chef bijou dans le genre polarannée 50)
Et pour quelque chose de plus actuelle, ça trilogie revisitant la face sombre de l'histoire americaine depuis Kennedy et qui a débuté par "american tabloid" et "american death trip"...maintenant j'attends le 3ème et dernier car dans ce genre...je n'ai pas trouvé mieux.

7:59 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home