La cave du Dr Orlof

Notes en vrac

dimanche, février 26, 2006

L'ennui des Césars

Cela faisait un certain nombre d’années que je n’avais pas regardé la nuit des Césars et je ne me souvenais pas que c’était aussi ennuyeux ! Regardé est d’ailleurs un bien grand mot puisque j’ai vaqué à mille activités (lessive, repas, ordinateur…) pendant cette cérémonie, m’abstenant le plus possible de subir les interminables discours de remerciements et les inévitables imitations de quelques célébrités censées faire de cette grande messe un show à l’américaine. Seul les résultats du palmarès et le décolleté de Judith Godrèche m’ont interrompu pendant que j’étendais mes chaussettes ou que j’avalais un morceau de pizza…

Même si je m’étais déshabitué de ce rendez-vous annuel, force est de constater que rien n’a changé. Toujours le même cirque, le même spectacle de cette soi-disant « grande famille » du cinéma français sur son 31 qui s’auto congratule malgré les inévitables interventions remarquées des intermittents (courage ! on est avec vous !). Toujours les mêmes larmes (celles de la charmante Linh-Dan Pham) , les mêmes grincements de dents (Daniel Auteuil, étonné de n’être pas nommé-pourquoi ce mot atroce de nominé ?- alors qu’il était la vedette de deux films cette année), les mêmes confusions (le discours de Zabou, semblant reprocher aux intermittents de ne pas intervenir au moment opportun), les mêmes remerciements, les mêmes sketches pseudo-comiques censés compenser l’inintérêt de la remise des Césars techniques (avec cette fois les ringardos Kad et Olivier nous rejouant un sketch des Nuls datant de 15 ans !). Manquait juste Depardieu !

N’ayant quasiment vu aucun des films primés (ceux d’Audiard, de Beauvois, de Klapisch ou Le cauchemar de Darwin) ni ceux repartis bredouille mais ayant été nommés plusieurs fois (l’enfant, Joyeux noël, ou le Guédiguian), je m’abstiendrais de tout commentaire désobligeant.
Néanmoins, je me souviens avoir survolé un article des Inrocks où l’auteur se réjouissait que l’académie des Césars prennent enfin des distances avec les gros succès du box-office (l ‘époque où La balance était proclamé meilleur film de l’année !) pour récompenser le cinéma le plus vivant de l’hexagone (comprenez le petit lieutenant et l’enfant !).
Or la razzia de Césars remporté par De battre mon cœur s’est arrêté (élu également meilleur film français de l’année par les auditeurs du Masque et la plume) me semble au contraire prouver qu’on ne récompense que les films « d’auteur » ayant un certain succès public (voir comment les amants réguliers, Caché ou Backstage, les meilleurs films français de l’année en ce qui me concerne, ont été évincés).
Ce qui a peut-être changé, c’est le ralliement intempestif de la critique à cette nouvelle « qualité française » d’un cinéma d’auteur français propre sur lui et consensuel. On ne récompense désormais que ce qui a été porté aux nues par une critique de plus en plus conformiste, et qui a rallié un large public. Dans ces conditions, on s’explique plus facilement l’ostracisme de quelqu’un comme Blier. Si Combien tu m’aimes ? n’est pas un chef-d’œuvre ni même le meilleur film de l’auteur, c’est néanmoins un des films les plus originaux de l’année et qui prend des risques en terme de cinéma. Or il n’a pas été cité une seule fois.

Inutile donc d’épiloguer sur quelque chose qui n’a de toute façon pas grande importance. Contentons-nous de vous livrer , lecteur chéri mon amour, MON palmarès des Césars pour l’année 2005 :

Meilleur film : Les amants réguliers (Philippe Garrel)

Meilleur réalisateur : Philippe Garrel (les amants réguliers) (parce qu’il me semble que la réussite d’un film dépend essentiellement de sa mise en scène et je n’arrive pas à comprendre qu’on puisse distinguer les deux).

Meilleur film étranger : La saveur de la pastèque (Tsai Ming-Liang)

Meilleur premier film : Douches froides (Anthony Cordier) (c’est le seul que j’ai vu mais comme il est plutôt bon, je ne renâcle pas à le citer)

Meilleur acteur : Daniel Auteuil (Caché) (mais je suis content pour Michel Bouquet)

Meilleure actrice : Isild Le Besco (Backstage) (la jeune comédienne est fabuleuse dans le beau film d’Emmanuelle Bercot)

Meilleure actrice dans un second rôle : Jeanne Moreau (Le temps qui reste) (film également complètement oublié)

Meilleur acteur dans un second rôle : Maurice Bénichou (Caché)

Meilleur espoir masculin : Louis Garrel (Les amants réguliers) ( il l’a obtenu réellement et c’est la seule récompense qui m’ait parfaitement réjouis)

Meilleure espoir féminin : Clotilde Hesme (les amants réguliers) (je vous dis que c’est le plus beau film de l’année dernière !)

Meilleur scénario : Michael Haneke (Caché) (le film fonctionne surtout sur la mise en scène mais le récit est d’une diabolique précision et il est captivant de bout en bout)

Meilleure adaptation : Pascal Thomas (avec je suppose d’autres individus) pour sa transposition d’Agatha Christie (Mon petit doigt m’a dit)

Meilleur son et meilleur montage : j’ignore leur nom mais je remettrais volontiers la récompense à Combien tu m’aimes ? de Blier où le travail sur ces deux éléments est vraiment intéressant.

Meilleure photo : William Lubtchansky (les amants réguliers) (un très grand chef-op qui a offert à Garrel ce splendide noir et blanc qui rend le film presque onirique)

Meilleure musique : Emilie Simon pour Le peuple migrateur (je n’ai pas vu le film mais comme la talentueuse et mignonne musicienne que j’ai vu en concert a repris les morceaux de son album, je lui offre volontiers ce César !)

Meilleur costume . Je me fous des costumes ! je n’aime pas les films en costumes ! je l’offre donc à Douches froides pour le jean taille-basse de Salomé Stévenin (Arghh !) !

Meilleur décor : Pareil, je me fous des décors mais donnons le à celui du Parfum de la dame en noir pour rendre hommage à cet autre film complètement oublié.

Libellés : ,

3 Comments:

Anonymous Fleur de Barbecue said...

Idem, j'ai un peu le même top que toi, et le même opinion également... sauf pour Douches Froides qui je trouve est tellement embourbé dans ses clichés que le film en perd de sa faible teneur. Je viens tout juste de créer un ptiot blog qui parle de ces césars, justement... :-)

3:49 PM  
Blogger rosy123 said...

Merci pour tout ce travail que cela représente et pour tout le plaisir que j’y trouve
voyance gratuite en ligne par mail

12:58 PM  
Blogger rosy123 said...

Merci pour tout ce travail que cela représente et pour tout le plaisir que j’y trouve
voyance amour gratuite par mail

4:19 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home